Mythe laotien : Khun Lou et Nang Oua, le « Roméo et Juliette » laotien

Toute civilisation a ses histoires et légendes transmises de génération en génération. La culture laotienne ne déroge pas à la règle. Empreints dans la tradition bouddhiste, ses contes relatent des histoires d’amour, d’esprits divins, de combats ou encore de nature. Chez ORLA tours, nous pensons que ces petites histoires ont beaucoup d’importance quant à la culture locale. C’est pourquoi nous y consacrons une série d’articles.


Pour ce quatrième article, nous avons décidé de vous conter l’histoire de Roméo & Juliette laotiens.


Deux amants profondément amoureux au destin pour le moins tragique. Esprits, karmas, malédiction, réincarnation, cette légende est au cœur de la croyance bouddhiste. Nous vous souhaitons une bonne lecture !


Il était une fois, il y a fort fort longtemps, le roi et la reine du royaume de Kasi, au sud de Luang Prabang.


La reine donna naissance à un merveilleux garçon : Khun Lou. Suite à cet heureux évènement, ils demandèrent à un divinateur de prédire son destin. Etrange ? Et bien non, c’est d’ailleurs une tradition encore présente de nos jours au Laos. Bref, les présages de l’astrologue n’étaient pas de bon augure : « il ne mourra pas de maladie ou au combat, mais il mourra jeune ». Que faire contre cela ? Le roi et la reine décidèrent de dédier tous leurs sujets à la protection de leur progéniture.



Pendant ce temps-là, un autre heureux évènement était célébré dans le royaume voisin de Nakhorn Kai. Une fille cette fois-ci, Nang Oua. Sa mère, la reine était une très grande amie de celle du royaume de Kasi. Les deux reines s’était d’ailleurs mutuellement promis de marier leurs enfants si elles accouchaient d’un garçon et d’une fille.


Les années passant, Nang Oua se transforma en une très jolie jeune femme. Khun Lou le prince du royaume voisin, en tomba éperdument amoureux. Le sentiment étant réciproque, ils devinrent amants et se promirent de ne plus jamais se séparer.


Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Umh… pas tout à fait. Car, comme souvent à l’époque, un mariage d’intérêt prévalait sur un mariage d’amour. Et c’est pourquoi la mère de Nang Oua destinait sa fille à épouser Khun Lang. Ce roi était bien plus riche que Khun Lou et c’était un critère de sélection suffisant.




La reine décida donc d’une date de mariage pour sa fille. Lorsque Nang Oua l’apprit, elle lui répondit : « plutôt mourir que de l’épouser » ! Le ton était donné…


Entre temps, la mère de Khun Lou avait fait le déplacement au royaume de Nang Oua. Pourquoi donc ? Pour en demander la main au nom se son fils. Mais elle était déjà promise à un autre ! Quelle déception. Surtout qu’une promesse avait été faite, vous vous rappelez ? Les deux mères s’étaient jurées de marier leurs enfants. Mais la soif de l’argent en avait décidé autrement.


Déçue par cette trahison, la mère de Khun Lou n’avait pas dit son dernier mot. Elle organisa des cérémonies magiques pour demander aux esprits ce qu’ils en pensaient. Est-ce que son fils et sa bien-aimée devaient vivre ensemble ? Leurs karmas étaient-ils liés ? La réponse était non. Leurs vies étaient liées mais leurs karmas les maintenaient séparés.


Nang Oua était désespérée. Son destin était scellé. Elle devrait épouser un homme dont elle ne voulait pas et dire adieu à celui qu’elle aimait. C’en était trop. Elle décida de partir dans les bois pour mettre fin à ses jours. Sur le chemin, elle croisa deux salikas, des merles sacrés. Ils tentèrent de la dissuader de commettre l’irréparable. En vain… Elle continua son errance puis arriva au pied d’un arbre planté par un esprit malfaisant. La voyant arriver, il se courba pour qu’elle y noue sa corde. Il se releva ensuite, tuant la princesse sur le coup.


Khun Lou, son amant, apprit la nouvelle. Son désespoir était immense. Il décida de mettre fin à ses jours pour la retrouver au ciel. Il prit donc son épée puis se trancha la gorge. Les deux reines ont perdu leurs enfants. Elles ont renoncé à leur promesse mutuelle au profit de l’argent. Et ce choix avait provoqué la perte de leur progéniture. Elles décidèrent de renoncer à leurs royaumes respectifs pour devenir nonnes.




Voici la fin de la légende de Nang Oua et Khun Lou. Alors, quelle morale en tirer ?


Comme bien souvent dans les contes laotiens, accepter son destin fait partie de l’enseignement. On retrouve d’ailleurs cette fatalité dans le mythe de Bachieng. Autre leçon possible : la force des karmas. Les bonnes actions attirent les bons karmas, et vice versa. Ce « compteur » vous suit à travers vos réincarnations. Il y a donc intérêt à bien se comporter pour espérer une vie future heureuse. Nous sommes là au cœur de la philosophie bouddhiste…


>> Rendez-vous sur notre blog pour d'autres légendes




#légende #mythe #histoire #laos #luangprabang #legendelaotienne #romeojuliette

HAUT DE PAGE

" La qualité nous rend différents "

TripAdvisor Laos, Agence de voyage locale, ORLA TOURS
Laos Mekong Cruise, croisières sur le Mékong au Laos
Allianz General Laos, assurance au laos
KuangSi Tent Resort, Luang Prabang, Laos

© 2020 Offroad Laos Adventures Co., Ltd. | ORLA Tours

Société au capital de 300.000 Dollars, immatriculée au Registre du Commerce de Luang Prabang sous le numéro N/060-00001222.

© images et documents sont protégés par le droit d'auteur et sont la propriété  de Off Road Laos Adventures Co., Ltd.

  • TripAdvisor, orla tours, voyage au laos
  • Facebook
  • Flickr
  • YouTube
  • Instagram
  • LinkedIn

VOYAGEZ ÉQUITABLE

Nous reversons 10€

par voyageur à l'association

Enfants du Laos

Contactez Vasanath

et créez votre

aventure sur-mesure